VISITE
Humour
JEUX

         

And hotel.

 

... VIE ... VOYAGE ... ESCALE ... DECOUVERTE ... EVASION ... BONHEUR ... REVE ...

 

un clic droit affiche le menu général, un clic gauche le fait disparaître  

Lors d'une promenade sur le Bosphore on remarque forcément, sur la rive asiatique, le joli Palais de marbre blanc survolé par le premier pont suspendu lancé à Istanbul en 1973. 

     C'est :

LE PALAIS DE BEYLERBEYI
 
       
. Construit sur l'ordre du sultan Abdül Aziz ce Palais est situé à l'endroit où le Bosphore à sa plus petite largeur, là où la mythologie raconte que la vache Io traversa le détroit. 

 D'après les écrits d'İnciciyan, grand voyageur du 18ème siècle, ce lieu est déjà connu à l'époque byzantine sous le nom de "jardin de la croix": en effet Constantin le Grand qui fonda Constantinople en 324, y avait fait ériger une croix. Sous le règne  ottoman ce lieu devient un parc impérial. C'est au 16ème siècle, qu'il prend le nom de Beylerbeyi, lorsque Mehmet Pacha y fait construire une maison de campagne : comme Mehmet pacha était "gouverneur général" il avait le titre de "beylerbeyi". Les Sultans y font également construire des pavillons d'été et en 1829 le Sultan Mahmut II y fait édifier, au bord de l’eau, un palais en bois . 

C'est à l'emplacement du palais en bois de 1829 qui fut détruit par un incendie que  le sultan Abdülaziz fait construire, une quarantaine d'années plus tard, son palais (1861-1864). C'est à Sarkis Balyan, un célèbre architecte ottoman de l'époque, qu'il en confie la réalisation.   

Le palais servait de résidence d’été aux sultans, et par la suite de demeure aux personnalités étrangères en visite dans la capitale ottomane.

le sultan Abdülaziz:

né en 1830, mort en 1876, il régna pendant 15 ans , de 1861 à 1876

  

Abdülaziz fut le seul des sultans à faire un voyage à l’étranger. Accompagné de ses deux neveux dont l’un était prince-héritier, il se rendit, au cours de l’été 1867, en visite officielle à Paris (invité par Napoléon III, en juin-juillet 1867, pour assister à l'Exposition Universelle), Londres et Vienne. Le souverain quitta Istanbul à bord de son yacht , escorté de vaisseaux de guerre et débarqua à Toulon.  Le retour se fit par le Danube. Le Sultan s’arrêta pour un jour à Budapest, ville qui avait été pendant un siècle et demi sous la domination turque et qui lui réserva un accueil des plus chaleureux.

En 1869, l’Empereur François-Joseph d’Autriche-Hongrie, ainsi qu’Eugénie, impératrice des Français, rendirent la visite du Sultan. Le séjour de cette dernière dans le Palais de Beylerbeyi suscita un vif intérêt et resta longtemps gravé dans la mémoire du peuple turc.
   
  
 

D'architecture baroque française, le Palais est une grosse bâtisse en marbre blanc; comme les palais ottomans il comporte le "selamlık" (la partie "hommes"), le "haremlik" (la partie "femme") et les pièces officielles, pièces de réceptions. 

Coté Bosphore, le jardin est clos par un mur percé de deux portes à double battants .

Ce palais entouré d'un jardin a en plus un jardin en terrasses sur la colline derrière le bâtiment.

 

 

  

Chacune des ouvertures est parfois gardée par un militaire tellement immobile qu'on dirait une sculpture polychrome fixée sur un petit socle !     
   
 
Le jour où j'ai visité le Palais, pas de militaire , pas même le petit socle ! j'ai donc eu la chance de pouvoir sortir du jardin par l'une des majestueuses portes, de me promener sur le quai, d'admirer le paysage et de prendre des photos. Deux petits pavillons ouverts sur le jardin sont situés de part et d'autre du mur : ils limitent le quai qui devient donc accessible uniquement en venant du jardin ou en  accostant en bateau.     
   
    
Les doubles portes ferment chacune une sorte de petit arc de triomphe dont le linteau est  soutenu par d'élégantes colonnes sculptées surmontées de chapiteaux corinthiens ; le tout est "chapeauté" d'une sculpture dorée représentant les armoiries du Sultan et sa tughra (chaque sultan ottoman avait son propre monogramme pour authentifier les documents officiels)
 
      
 

les portes à double battants sont faites en métal et sont ornées des mêmes motifs,  ajourés pour l'une des portes et permettant ainsi de voir le Bosphore et pleins pour l'autre.

    
  
    
     
   

Après une petite promenade sur le quai, il est temps de rentrer dans le jardin pour admirer  des constructions.  

Le Palais de Beylerbeyi comprend plusieurs bâtiments dont le palais (construction majestueuse), une jolie serre, ainsi que les deux élégants petits pavillons donnant sur le Bosphore; dans le jardin en terrasses qui s'étalent sur la pente derrière le Palais ,il y a le Kiosque Jaune (Sarı Köşk) et le Kiosque de Marbre (Mermer Köşk) .

  

     
 
le palais la serre 
   
   
l'un des deux pavillons : coté Bosphore (à gauche) et  coté jardin (à droite)
  
   
   
 
LES DEUX PETITS PAVILLONS débordant sur le quai  abritent des bains, l'un pour les femmes du harem et l'autre pour les hommes du selamlık. La partie arrière des pavillons est couverte d'une jolie toiture en forme d'ombrelle et ouvre ses fenêtres sur le Bosphore tandis que la partie avant surmontée d'une série de demies-coupoles s'ouvre sur le jardin

 

   
 
     

Les deux pavillons ont exactement la même architecture : l'avancée est faite d'une série de colonnes à chapiteau corinthien (les mêmes que celles des portes donnant sur le Bosphore).

   
Les colonnes soutiennent la toiture formée de coupoles et demies-coupoles bien décorées de motifs finement peints de couleurs chatoyantes pour l'un des deux pavillons et avec des reliefs dorés pour l'autre.
 
 
Le palais possède deux étages; il est imposant mais il ne s'en dégage n'a pas la  "prétention" du Palais de Dolmabahce. Ses proportions sont agréables et harmonieuses. D'architecture baroque française, il est entièrement en pierre et en marbre.

    

Des  lions majestueux attendent patiemment notre visite... alors franchissons les quelques mètres qui nous séparent de l'une des trois entrées. 

VISITE DU PALAIS